mercredi 19 mars 2008

Un porno situationniste?

Hurl Barbe. Pompe le mousse. (Ed. La Brigandine, 1982)

Bon. Désolé pour mes lecteurs fins lettrés, adeptes des sobres couvertures Gallimard, là on passe du côté obscur de la fesse. Et ce jeu de mot pathétique n’est pas vain, non non. La Brigandine fut une EXCELLENTE maison d’édition dans les années 1980, tenue (aux dires de Bernard Joubert) par le non moins excellent Henri Veyrier. Vous en doutez ? Voici un aperçu des titres au catalogue : La Loque à terre, Les Mutants de Panurge, Le Feu occulte ou encore Le Belge au bois dormant. Tiens, j’ai perdu 3 lecteurs
Pour ceux qui tiennent le choc, sachez que nombre d’auteurs connus se cachent derrière les pseudos des auteurs du Bébé Noir (première mouture) et de la Brigandine. Enfin « connus », pas cette tronche d’ahuri de Queffelec mais des gens comme Raoul Vaneigem ou Jean-Pierre Bouyxou, des contre-cultureux et des sympatoches libertaires dont j’imagine, beaucoup sont encore à découvrir. Qui est Hurl Barbe alors ? Tout le monde se demande… J’en sais rien. Laurent Chollet mentionne ce titre dans sa bibliographie au gros volume de L’Insurrection situationniste paru chez Dagorno sans dévoiler grand-chose du vrai patronyme… « Alais Barbe (Hurl) »… ? En fouillant on découvre que d’autres livres sont signés du même auteur : Les Celtes Mercenaires (ahah) à la Brigandine ou Alice Crime chez Deleatur en 1979 (polar oulipien paraît-il…) Quoi qu’il en soit, ce cher Hurl a commis une petite perle porno situ avec Pompe le mousse (pour le plaisir je répèterais ce titre à l’infini…)

Qu’en est-il de l’histoire ? Tout commence avec deux sœurs, Alice et Juliette (foule de références car tout est intertextualité dans ce bouquin), pensionnaires pas sages de l’institut Sainte-Marguerite. Les vilaines se font des cochonneries, expérimentent diverses formes du plaisir partagé avant de se faire virer par manque de sous. Commence alors un périple purement surréaliste dans un univers parallèle qui est à la fois celui des années 70 en France, et tout autre chose. Les références abondent, et les meilleures :
« En riant de l’aventure, nous rejoignîmes le dortoir, traversant les corridors, déserts comme un songe bleu de Paul Delvaux »… Si tous les auteurs de porno connaissaient Paul Delvaux, l’attente des trains dans les gares serait moins longue…
Nos deux canailles donc, se retrouvent en liberté et croisent le chemin des agités de mai 1968, et particulièrement qui ? Les situ ! Oh il faut dire qu’ils sont bien cachés derrière les noms opaques de Raoul van Houten (ohoh), Guy Retord (ahah) et Gianfranco Spaghetti (uhuh), à savoir L’Internationale de Sisyphe (eheh). Plutôt que de parler Hegel ou Marx, Alice et Juliette s’adonnent à la liberté sexuelle la plus hétéroclite : lesbianisme, inceste, urologie…

Ah, je n’ai plus de lecteurs, tant pis je continue. Après avoir tué un flic d’un coup de pavé bien sec, elles sont recueillies par un italien, Antonio Vivace, qui tient en son domaine, le château d’Otrante (tiens donc), un harem d’adolescent(e)s. Le récit que fait cet homme charmant de sa vie mouvementée (parricide, proxénétisme, rabatteur pour le Pape) est une merveille de drôlerie rabelaisienne et surréaliste à la fois.
Poursuivant leur périple sexuel et philosophique, les deux excitées finissent par rencontrer des marins (d’où le titre, Pompe le mousse, vous ne l’aurez pas oublié, mon inexistant lecteur de fin d’article, n’est-ce pas) et Minette et Alex. Quant soudain, alors que tout voguait au poil dans le sous-marin:
« - Je ne comprends pas, tout est en ordre, mais nous perdons régulièrement de la vitesse. Je vais jeter un coup d’œil sur la réserve d’uranium.
Il revint, l’air effaré.
- La réserve est à sec ! On a volé le combustible !
Antonio, perplexe, tirailla la moustache d’Alex.
- Il faut faire une enquête ! Tout le monde à poil !
Comme nous étions déjà nus, ce fut vite fait. Antonio nous flaira comme un chien policier à la recherche de drogues ou de publications subversives.
Arrivé près de Minette, il lui écarta les jambes et ayant fourré son apendice nasal dans son beau derrière, s’exclama :
- Ca sent le 238 par ici !
Minette rougit et trembla légèrement. Antonio lui glissa un doigt dans l’anus et en retira une petite tringle qui scintilla chichement sous les néons.
- Voilà la coupable !
- Ca fait longtemps que tu te shootes à l’uranium ? lui demandais-je, intriguée.
- J’ai commencé il y'a cinq ans. Je faisais le ménage dans une centrale nucléaire »
…. ETC. Ok je m’arrête. Vous ne saurez rien de la suite, de la quête de Somebody endormi depuis 100 ans dans le Botulus et qui se découvre au réveil une gaule d’enfer centenaire, de leur arrivée en compagnie de Théière de Jardin (si !) sur l’île de Tamoé où règne une société sans hiérarchie mais où les Méleffes (activistes féminines en trois lettres, tic tac tic tac…) finissent par violer les hommes et les tuer… Vous ne saurez rien de tout ça parce que vous n’êtes sûrement déjà plus là… Lâcheurs!

12 commentaires:

Martian Shaker a dit…

Le mélange de situationnisme, de porno décalé et de jeux de mots à 2 balles, fait un cocktail très attirant. Où peut-on encore trouver de tels joyaux ?

losfeld a dit…

3,5 euros sur Amazon sinon dans tous les bons dépôts ventes de campagne.

Clifford Brown a dit…

Mille merci mon cher Losfeld!! Après avoir lu ton post ce midi, je suis allé faire le tour des "dépots-ventes de campagne" par chez moi et hop! j'en ramène un Georges Le Gloupier, "Sécives après vamps", dans cette même collection (que je ne conaissais que de vue, honte sur moi!).

losfeld a dit…

Gloup Gloup youpi! Je n'ai toujours pas pigé si c'était Bouyxou ou Noel Godin (ou les deux (et d'autres)) qui écrivaient sous ce pseudo d'ailleurs. Bonne lecture!

Li-An a dit…

Ah ben, voilà une bonne raison de faire les bouquinistes. J'ignorais que cette collec volait si haut.

Dr Orlof a dit…

Ouh la jolie merveille!
Georges le Gloupier est un personnage inventé par Bouyxou à qui Godin a donné une existence en chair et en os. Mais les livres signés Le Gloupier (tout comme le sublime "ode à l'attentat pâtissier) sont du génialissime Jean-Pierre!
Dans l'édition que tu nous fais découvrir, Bouyxou a signé plusieurs titres sous ses pseudos habituels : Claude Razat, Jérome Fandor...Pseudos que l'on retrouve aux sommaires de l'indispensable revue "Fascination" (qui mériterait un post de ta part) que Bouyxou rédigeait quasiment seul, à la manière d'Arthur Cravan et de son "Maintenant"...

PS : Pour les amateurs des situs, j'ai découvert aujourd'hui qu'allait être éditer chez Allia le texte de "la dialectique peut-elle casser des briques" de Viénet avec le DVD. Occasion idéale de casser sa tirelire même si on peut voir le film sur le net...

losfeld a dit…

Merci docteur pour toutes ces infos!

Jean H. a dit…

je me trouvais il y a environ deux minutes, face à un carrefour, j'avais le choix entre la direction de "ennui total ds mon salon", "branlette de collégien au toilettes", et "étrange". Etrangement, c'est vers cette dernière que je me suis dirigé, et là je tombe sur une paire de fesses aguicheuse, une phrase plus que lascive, et un espèce de blogoroman en dessous . . . Comme il n'y avait pas trop de fautes, j'ai réussi à aller jusqu'au bout ^^ et franchement Flo, ça m'a donné envie de lire ce bouquin, merci

le_ver_do a dit…

Ma foi, ce blog est d'utilité publique...
Tu as sauvé quelques personnes de l'ignorance,
Des dizaines d'autres de l'ennui,
Et des millers de spermatozoïdes de la noyade...

...Tu es un saint ;p

losfeld a dit…

De rien Jean, si ça t'intéresse file moi ton adresse, je te le prêterai! les bonnes choses doivent tourner, c'est le seul intérêt de ce blog...
Et merci le verre, je ne me savais pas aussi utile ^^

RGM a dit…

Superbe répertoire de la collection Bébé Noir / Brigandine, tous mes compliments !...
Je me permets une rectification : "Les Maléfices à Papa" n'est pas d'Eric Garroux, mais d'Eric Guez.
Si vous avez le bouquin vérifiez, vous verrez que c'est vrai... Sinon je peux vous filer un scan de la couverture.

Bravo et merci pour votre blog, ça me ravit l'âme !...

RGM

losfeld a dit…

Merci pour ce commentaire chaleureux! La correction est faite. Il doit y avoir d'autres erreurs dans cette liste vu que je l'ai faite à la va comme j'te pousse à partir d'infos glanées sur des sites de vente. Pour le scan je ne dis pas non, mon adresse est dans mon profil. Merci!