mardi 29 janvier 2008

Maurice Fourré. La Nuit du Rose-Hôtel.


Le rédacteur du très bon blog Ombres Blanches évoquait il y a presque un an un texte bien oublié de nos jours, d'un auteur qui l'est tout autant, Maurice Fourré.

Publié dans la collection Révélations, elle-même créée par André Breton pour Gallimard (mais qui ne comptera qu'un seul titre) La Nuit du Rose-Hôtel paraît en juillet 1950 avec une belle préface de Breton.

Je ne connaissais pas cet ouvrage avant de le trouver pour un euro symbolique dans une vieille caisse d'un marchand des puces. Attiré par la couverture (assez inhabituelle pour les très sobres éditions NRF-Gallimard) puis par le nom de Breton sur la couverture je décidai aussitôt d'acquérir ce petit Graal. Dernière surprise, et de taille, je m'aperçus en rentrant chez moi que la page de titre comportait un superbe envoi de l'auteur qui le rend unique. Comme promis sur le blog d'Ombres blanches, je le reproduis donc ici.

« Pour René et Claire Fourré en bien fraternel hommage et gratitude, pour cette installation au Croisic qui m'aura permis de vivre et d'écrire l'aventure de Mr Gouverneur durant l'été de 1946.
Maurice Fourré.
"La nuit bleue fait la roue comme un paon avec sa queue d'étoiles" »


Je signale au passage qu'il existe une Association des amis de Maurice Fourré.

3 commentaires:

Ombres Blanches a dit…

O Lucky Man!

martian Shaker a dit…

Intrigué par ce titre et l'auteur qui m'était inconnu, j'ai trouvé dans une bibliothèque un exemplaire d'une réédition de 1979 à l'Imaginaire Gallimard.
J'en ai commencé la lecture mais, malgré plusieurs très beaux écarts de langue, la narration ne me convainc pas.
J'ai découvert par ailleurs le prix Nocturne, qui récompense des oeuvres oubliées, rares, etc. Un roman de Maurice Fourré était en lice en 2007 : "La marraine de sel."
http://www.lenouvelattila.net/nocturne_2008.php

losfeld a dit…

Je t'avoue que je n'ai jamais fini ce livre non plus... Je n'en aurais pas parlé sans le post d'ombres blanches. Je le garde juste pour l'envoi et le côté affectif que je porte à André Breton. Il est d'ailleurs rare que je sois déçu par un livre qu'aimait Breton... Mais je le relirai peut-être un jour, qui sait...
Merci pour l'info sur le prix Nocturne que je ne connaissais pas, ça m'a l'air très intéressant tout ça ! Quant au Nouvel Attila c'est une revue dont je déteste le format mais dont le contenu est formidable.