vendredi 29 avril 2011

Pussycat / Not Magnus

Le cher robo venant de me foutre un gentil coup de pied au cul pour que je me reprenne et que j'alimente ce blog, je lui obéis derechef et vous propose un très joli Petit Format de 1978 signé Magnus (En fait pas du tout... cf. les commentaires)).

Premier volume dans lequel apparaît la splendide Pussycat, "souris d'hôtel nouveau genre, mélangeant au style Diabolik les fantasmes fétichistes de John Willie" comme le dit si bien le gusse sus-cité dans son article sur Le Trésor des Nazis, 3ème et dernière aventure (traduite du moins) de notre héroïne en latex et porte jarretelle.

Un des avantages et non des moindres de ce 1er volume et que la Pussycat y apparaît dans sa belle tenue BDSM un nombre de fois plutôt conséquent, ravissant nos petits yeux de pervers émerveillés par tant de cruauté et de grâce mêlées.

Qu'en est-il de l'histoire me direz vous? Tout commence par l'accident de Rhanon, le directeur de la banque de France (non scanné pour cause de brochage approximatif et de fragilité extrème de cet incu(l)nable de la culture populaire) qui perd le contrôle de sa gestap', autrement dit de sa voiture pour utiliser un peu d'argot havrais en guise de private clin d'oeil sans intérêt aucun. Bref, le type tombe dans un ravin avec terreur comme nous dans ce Petit Format. Bientôt les "Krruammm" et autres "Kttroonk" de ce bruyant accident attirent la curiosité de notre amie Pussy qui passait par là, accompagnée de son fidèle compagnon, le vilain Malthus (soit disant black alors qu'il ressemble plutôt à un maghrébin mais bon, on va pas pinailler). Sur le cadavre, nos deux crapules trouvent une "autorisation à entrer dans la Banque de France" et décident illico de mijoter un sale coup que vous avez déjà deviné...

L'inspecteur Mirka (bien charmante brunette...) reçoit une lettre annonçant la prise en otage du banquier (qui est plus mort que Jacques Laffitte si vous avez bien suivi). Pendant ce temps, Pussy et Malthus savourent leur réussite en s'enfilant allègrement à base de "tu aimes ça hein salope?". Puis a lieu la remise de la rançon (car Mirka négocie avec les criminels... c'est mal) qui nécessairement se passe mal, enfin pas si mal que ça puisque P&M parviennent à kidnapper Mirka. Pussy, jamais en rade d'idées machiavéliques, se déguise en Mirka! Hahahah, ils vont rien comprendre ces cons de poulets (discours intérieur).
En effet, ils n'y voient tellement que du feu que leurs neurones en crament... Ils laissent Pussy surveiller la banque seule et pénétrer dans le coffre en attendant les voleurs. Bien ouèj !
Pendant ce temps à Vera Cruz, ce bougre de Malthus abuse de sa prisonnière, la jolie Mirka : "Je veux voir comment réagit une policière lesbienne devant un sorbet comme le mien"... "Salopard, chacal, sale negro" s'entend-il répondre. Au lieu d'appeler Harlem Désir, l'infâme n'en est que plus excité...

Quand tout à coup l'histoire se complique. En gros le banquier n'était pas le banquier mais un certain Angel, truand qui avait pris son apparence pour lui aussi cambrioler la banque avec sa bande de malfrats malotrus malodorants...
Mais bon, Pussycat ramasse le pactole pendant ce temps, ignorant que bientôt vont surgir les autres sous-Mesrine merdeux mal rasés (+ une jolie pépée, détail important), tenant le banquier en otage (il n'est plus mort du coup, vous avez bien suivi???). Et là c'est la merde, 'putain d'merde Roger' même! Y'a beaucoup trop de chapardeurs et de gens déguisés dans cette banque, on se croirait au cirque! mais Pussy a mis les lingots de côté, Malthus se charge de les faire sortir pendant que notre maîtresse SM se débarrasse comme elle peut des autres cambrioleurs. Malthus fait péter une bombe pour niquer tout le monde et remplir la salle des coffres d'un tsunami d'eau d'égoûts... malheur!

Mirka, qui s'est libérée de ses liens, au lieu de chercher une cellule psychologique, repasse ses habits de flics comme si de rien n'était et se rend sur les lieux. On retrouve tout le monde sous la flotte, y compris le banquier à la grande surprise des flics... et Pussycat morte!! Noooooon, c'est pas possible !! Même Malthus, en lisant ça dans le journal, en pleure tellement il était amoureux ("Nous aurions dû mourir ensemble! [...] j'en ai rien à foutre d'être riche si tu n'es plus là" s'exclame-t-il dans un élan mélodramatique prouvant seulement que c'est une petite fiote et que Pussycat est bien une maîtresse SM digne de Maria Carnoski, la fascinante maîtresse au fouet de Pierre Mac Orlan...)
Sauf que, c'est pas possible qu'elle meure vous me direz... Les plus attentifs aux détails comprendront comment notre héroïne s'en sort et comment elle rejoint son dévoué esclave pour de nouvelles aventures !!!!

Voilà donc résumée cette belle histoire de substitutions d'identités multiples à base de dialogues vulgaires, de personnages sadiques et de dessins très émoustillants, faisant de ce Pussycat une bonne suprise pour un investissement d'un euro cinquante...

On attend donc impatiemment de lire la suite (dès qu'on la trouvera au détour d'une poubelle ou d'une étagère poussiéreuse de dépot vente), à savoir le bien nommé tome 2 : "Silence on bourre"... Vraiment, j'adore cette série!

Ed. S.I.C.I. (3 quai de l'Ourcq, 93500 Paris). Directeur de la publication: M. Lamy.

Un tréfle figure sur le dos du livre sans que la mention de la collection 'As de Tréfle' (clairement énoncée sur les tomes 2 et 3) ne soit précisée nulle part. Mon exemplaire est non daté, cependant on trouve ici la date d'août 1978.


Le dernier scan ("Echange mortel") n'est autre que la quatrième de couv' qui fait bien envie également, non?


10 commentaires:

Li-An a dit…

Si il y a de vagues ressemblances dans le dessin, la maladresse de l'ensemble m'a fait consulter le très complet "Magnus" de Glittering Images. Aucune référence à cette Pussy Cat et à l'époque, Magnus dessinait bien mieux que ça. Pour moi, c'est juste un imitateur (et encore, dans certaines cases seulement).

losfeld a dit…

Flute alors!

Li-An a dit…

Incidemment, j'ai des problèmes de connexion à votre blog (Firefox qui hoquète avant de repartir). J'ai l'impression que c'est le module de récupération de flux qui ne plait pas à FF mais bon, il faudrait d'autres avis pour en être sûr.

ROBO32.EXE a dit…

en effet, c'est pas du Magnus mais c'est le même anonyme que dans le Pussycat # 3 / le Trésor des Nazis.
et j'aimerai bien savoir son nom, à ce gugusse...

Sinon, Échange Mortel, c'est une aventure de Fanthoman, le Fantômas de la BD de cul.
S'y trouvent aussi l'inspecteur Juppe et le journaliste Fantor (...mais j'aurai largement préféré un inspecteur Jute et un journaliste Fandar...)

Eole a dit…

Non ce n'est effectivement pas Magnus, mais la lecture de nombreux petits formats, la question se pose tant il a été imité. Souvent le tâcheron se limite à imité l'encrage typique.

Je peux te prêter silence on bourre, si tu le souhaite.

ROBO32.EXE a dit…

Ouais. Mais le gars qui dessine Pussycat, c'est pas un tâcheron. Bon, cette fois, il semble moins en forme que sur Le Tresor des Nazis mais je ne trouve pas non plus qu'il copie Magnus. Il est très clairement influencé mais il a aussi son propre trait, moins en rondeur, avec des lignes qui m'évoquent un peu le Frollo de Shatane...
Disons qu'il y a une certaine classe qu'on ne voit qu'assez rarement dans les petits-formats.

losfeld a dit…

merci pour toutes ces informations messieurs les spécialistes... Je veux bien pour le Silence on bourre merci beaucoup !

Eole a dit…

Ok Robo, je te concède que l'auteur à pour une fois sur ce genre de BD un style perso. C'est vraiment pour l'encrage qui peu sembler trompeur. Par contre y voir du Frollo, c'est presque du vice.

Losfeld, je te retrouve ça.

losfeld a dit…

vous battez pas où je vous brûle à l'acide

ROBO32.EXE a dit…

ah ben ça, chuis un gros vicieux, y'a pas à dire !
;)
(le coté Frollo, à mon sens, c'était sur les visages (un peu) anguleux des personnages... mais, en effet, je vais un peu loin...)