mardi 28 décembre 2010

3 ans / 300 membres : ça mérite un cadeau

Pour fêter les 3 ans du Carrefour (premier post en décembre 2007) ainsi que l'arrivée du 300ème membre (merci Spikklubba!) moi même ainsi que ma délicieuse partenaire vous proposons de participer à un petit jeu:

1 / Prenez le livre de votre choix à la page 300 (ou à la page 3 si vous n'avez aucun livre dépassant 299 pages) et citez nous la phrase (s'il le faut, un court passage est autorisé) la plus marquante de cette page (et pas de la suivante), la plus belle, la plus étrange, la plus originale, la plus ridicule, bref celle qui vous paraît le plus digne d'intérêt.

2 / Déposez la dans les commentaires de ce post et uniquement ici.

3 / Mentionnez l'éditeur et l'année d'édition de votre ouvrage.

4 / Le tout avant le 20 janvier minuit.

Le 21 janvier, notre citation préférée remportera un lot estampillé "carrefour étrange", à savoir :
Comme chien et chat, n°128 de la Série Verte d'Elvifrance : formidable histoire qui se passe à Boston en 1930 en pleine crise économique et qui vire à la violence extrème avec extraterrestres, tortures du plus bel effet gore, jolies soubrettes et un zeste d'humour, mais un zeste seulement...



Frankenstein, de fille en aiguilles de Claude Razat (Jean-Pierre Bouyxou sous pseudonyme) publié aux éditions du Bébé Noir (les futures éditions Brigandine): un petit bijou horrifico-pornographique de 1980 dans lequel un couple de nains sadiques et d'autres personnages s'adonnent à des tortures olé olé sur la créature de Frankenstein, très jolie femme du futur née de l'esprit fou du célèbre docteur. Et je ne vous dis que ça...


Un petit badge Betty Page viendra agrémenter ce cadeau du nouvel an.



Le tout sera envoyé par courrier au domicile du gagnant, sans aucun frais bien évidemment, alors soyez nombreux à participer!

Merci encore à tous les membres et les visiteurs du Carrefour étrange et de mes autres blogs, à ceux qui prennent le temps de laisser des commentaires; et à ceux qui n'en laissent pas également (c'est le moment ou jamais de vous montrer).

Et bonne chance à tous!

52 commentaires:

Cédric a dit…

"Par exemple, il travaillait dehors, et des femmes passaient; il ne voulait pas les regarder, parce qu'elles le dérangeaient, mais il en venait toujours d'autres; alors, finalement, ses yeux les suivaient avec répugnance, et une fois de plus, quand ses yeux allaient et revenaient ainsi, c'était comme s'ils avaient dû se mouvoir dans de la poix ou du ciment en train de prendre"
L'homme sans qualités, Robert Musil, volume 1, page 300, édition points/seuil

Sanity Test a dit…

Tout ce qu'il savait c'est que présentement, il se retrouvait seul et que quelles que fussent les puissances invisibles qui sournoisement se cachaient autour de lui, elles n'appartenaient pas au monde bien connu des rêves de la terre.

HP Lovecraft
Démons et merveilles
10-18, Christian Bourgois Editeur
Dépôt 1973
Tirage 1993

singeon a dit…

J'avais un projet. Pour le réaliser, il me faudrait de l'argent, une maison, une plantation, des esclaves, une famille-et bien entendu, soit dit en passant, une femme. Je résolus d'acquérir tout cela sans demander de faveur à personne.

Absalon Absalon - William Faulkner
L'Imaginaire - Gallimard
2000

ThB a dit…

Le couteau ne s'enfonçait pas dans la chair endormie, et pourtant une odeur de crime flottait dans l'air, la main ne retombait pas, le sang ne giclait pas, aucun cri n'était poussé, et pourtant j'avais envie de hurler.
"Jérôme" de Jean-Pierre Martinet
Éditions Finitude, à la page 300.

la part a dit…

Toutes ces histoires qui prétendaient qu'on doit mourir d'un virus parce qu'on a épousé sa mère - tout cela était absurde.

la part a dit…

Oups, la référence :

Île, Aldous Huxley
p.300, Plon, Paris

ROBO32.EXE a dit…

"Un jour, je me retire presque complètement, m'enfonce avec un grand coup de reins... et pousse un cri de douleur... Je viens de me démettre une vertèbre !"

p.300 de "Les Dossiers Cachés De La Brigade Mondaine", Maurice Vincent, Presses Pocket / 1976.

Poison a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Poison a dit…

En dépit du charmant sourire de Mme Morel, cette famille était bien dégoûtante. Il se rappela soudain Antoinette. On lui avait raconté quelques jours auparavant qu'elle s'était mise à fumer l'opium avec une vieille lesbienne célèbre, chez qui elle passait toutes ses soirées.

GILLES, Pierre Drieu La Rochelle, Gallimard collection Le Monde entier, achevé d'imprimer le neuf septembre 1949

Anonyme a dit…

"Si j'avais dit quoi que ce soit sur la Sonate au Clair de Lune ou Yesterday ou le drapé je me serais trahi, mais supposons que j'aie dit: le problème, c'est que ce sont les imitateurs du classicisme plutôt que des classiques, à la recherche de la vérité et de la beauté non pour elle-même mais parce qu'elles sont présentes sous ces formes là dans les grandes oeuvres du passé."


Helen Dewitt - Le dernier samouraï Pavillons poche robert laffont

(je me suis mis en anonyme, mais ça ne devrait pas être bien dur de retrouver qui je suis...)

Filo Loco a dit…

Avec la tronche que tu te paies, c'est plutôt un "gode" que tu devrais porter à la place d'un calibre...
Jacques Mesrine. L'instinct de mort. JC Lattes. Page 300

K.L.V. a dit…

Le Premier Livre des sonnets pour Hélène

XL

Puisque tu connais bien qu'affamé je me pais
Du regard de tes yeux, dont larron je retire
Des rayons, pour nourrir ma douleur qui s'empire,
Pourquoi me caches-tu l'œil par qui tu me plais ?
[...]
Tu devais m'appeler, oublieuse Maîtresse :
En ton coche porté je n'eusse fait grand presse,
Car je ne suis plus rien qu'un fantôme sans corps.

RONSARD, Les Amours, Éditions Gallimard, collection Poésie, 1994, p.300.

PIGNOUF a dit…

"Frère Ange de Charolais,
Dis-nous par quelle aventure,
Le cordon de saint François
Sert à Vénus de ceinture."
Quatrain de Voltaire.
Anthologie érotique
Maurice Lever
Éditions "Bouquins" cher Robert Laffont

Bonne année !

maxime a dit…

"Après avoir échappé de justesse à la traque, sauvé le chat puis trompé le garde du parc, il n'avait rien trouvé de plus subtil, pour fêter sa fin de soirée, que de s'abîmer avec son escouade dans une de ces beuveries, où vomir , loin d'y mettre un terme, relançait la cuite de plus belle, et ils avaient passé leur nuit de l'autre côté du lac à remettre les capsulateurs épuisés à l'eau, parfois à grands coups de semelle."
La zone du dehors, Alain Damasio, folio.

Bonne année.

Hobina a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Hobina a dit…

Bonne année! ça va quand meme si je l'écrit en italien? de toute façon, voilà ma citation: "Il tempo è l'unica cosa che mi rimane" Different seasons, Stephen King, édition Sperling &Kupfer 1991, page 3oo. Salut

steak a dit…

J'eus la preuve que je ne me trompais pas, en constatant que le monstre qui m'avait griffé, avait, comme les autres, cédé au sommeil et ronflait bruyamment derrière moi.
p300. la guerre des vampires de Gustave Lerouge / Jérôme Martineau éditeur.

Olivier Verley a dit…

Qu'il me suffise ici de dire que presque tout succès final en amour est attribué à la magie, qu'hommes et femmes croient profondément à celle-ci et s'y fient complètement, attitude psychologique propre par elle même à lui conférer de l'efficacité.

La vie sexuelle des sauvages du nord-ouest de la Mélanésie, p. 300.
Payot, Paris, 1930.

Olivier Verley a dit…

... citons l'auteur de cette merveilleuse "vie sexuelle...":
B. Malinowski.

il Gatto a dit…

Ma page 3 est blanche. Je pense que c'est la plus étrange citation, non ?

il Gatto a dit…

Ah chiotte ! La page 300 de ma Divine Comédie est une illustration de Botticelli. Pas d'bol !

il Gatto a dit…

FREIN DE LA VERGE. C'est ainsi qu'on nomme le petit ligament cutané qui attache le prépuce sous le gland. [...] Il est si court chez certaines personnes, qu'on est forcé de le couper pour les mettre en état de remplir le but du mariage. [...] Ce vice de conformation est une cause très commune de stérilité chez l'homme. [...] J'ai connu des hommes dont la verge paraissait bien conformée, mais qui avaient observé que leur semence n'était pas lancée au loin ou en ligne droite ;

Dictionnaire de médecine pratique et de chirurgie, mis à la portée de tout le monde, ou moyens les plus simples, les plus modernes et les mieux éprouvés, de traiter toutes les infirmités humaines ;
Par M. M.-J.-F.-Alexandre Pougens, natif de Requista, médecin de l'hospice civil et militaire Millau, département de l'Aveiron, docteur en médecine du ludovicée de Montpellier, membre ou associé de la Société médicale de Paris, des Sociétés de médecine-pratique de Montpellier et de Paris, etc.
Tome premier.
A Montpellier, chez Jean Martel jeune, imprimeur ordinaire du roi, rue Saint-Firmin, Plan Duché, n.°94. 1813-1814.

Je n'invente rien. La preuve : cherchez la page 300 . Et je possède un exemplaire de ce bouquin, malheureusement en piètre état et au tome second tronqué.

il Gatto a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
OLë a dit…

ETAU (tête à l').
Position d'une personne embrassant le sexe d'une femme.
Exemple.- Attiré par les cris de la Grande Fernande, on avait poussé la lourde. Etendue sur le pucier, sa roupane retroussée et sa culotte enlevée, la Grande s'envoyait en l'air car Mimile, qu'avait ce truc à la chouette, avait mis la tête à l'étau. Après il s'étonnait toujours d'avoir mal aux mâchoires.

Auguste le Breton - Argotez, argotez
15 décembre 1986 pour les éditions Vertiges du Nord - Carrère

tubbytoast a dit…

"Si vous êtes fasciné par la mort, profitez en tant que vous êtes en vie. Lorsque vous serez mort, cela n'aura plus d'intérêt".

Anton Lavey, la vie secrète d'un sataniste (Blanche Barton)- camion noir 2007

Dr Orlof a dit…

Il faudrait pouvoir l'écrire avec la typographie d'origine :

" VOS
OREILLES
vous écoutent
VOS
YEUX
vous épient
FUYEZ
VOS
MAINS
vont vous
SAISIR"

Paul Nougé "L'expérience continue" page 300 (Editions l'âge d'homme)

Excellente année à toi et longue vie au Carrefour

Marc a dit…

"Le seul mérite des philosophes est d'avoir de temps à autre rougi d'être des hommes."
Oeuvres, E. M. Cioran, p. 300, Quarto/Gallimard

Li-An a dit…

Entre les livres qui ne font pas 300 pages et ceux dont la page 300 ne dit rien d'intéressant, c'est hard !

Les Quatre Vipères, PJbis, Pierre Véry, p.300
"Alors, au spectacle qui lui apparut, Claude Baumont sentit sa vision chavirer et le sol s'enfoncer sous ses pieds."

Avec ça, je suis sûr de gagner !

le sot a dit…

Au fil de la mémoire, le son tragique du shenaï, vrille le néon de la pièce : une masse éclatée de visages las. Finalement on se retrouve; soi et les autres, authentiquement sans doute... on a si peur des mots banals !!

détour - Hugo Verlomme
Le Dernier Terrain Vague 1977

Damien (de sable) a dit…

Tome I :
"D'ailleurs elle était masquée, et on sait qu'Ismail en a une demi-douzaine toutes fort jolies."

Tome II :
"Je vais à ma fenêtre du corridor, et j'y reste jusqu'à ce que le sommelier passe ; je l'appelle dans ma chambre, je lui donne un louis, et je lui dis qu'il doit me prêter d'abord un tablier vert, comme le sien, car je voulais aller servir à table ces dames."

"Tome III :
"Vos filles sont charmantes, toutes faites pour l'amour, elles m'intéressent toutes également, je vous ai procuré une paix de vingt-quatre heures gratis, je dînerai et je souperai avec elles sans leur demander un baiser, et si demain vous n'avez pas changé de système, je retirerai la caution de vingt guinées que j'ai fait faire, et je ne vous incommoderai plus."

Casanova (évidemment) : Histoire de ma vie, Collection Bouquins/Robert Laffont

Frédérick a dit…

"Papa est écrivain. Grand-père est docteur. M. Khan est laid ; il a une figure de squelette. Maman est jolie ; papa non. Ils ont parlé de l'Inde. Puis, ils se sont levés de table."

La bête immonde, Marc Agapit, Fleuve Noir (1997), p. 300.

Anonyme a dit…

"Sur la couverture de l'un des carnets, elle avait écrit au crayon rouge : PERSONNEL-INTERDIT-PERSONNEL, et l'avait entouré d'une ficelle."
Carson Mc Cullers, Le coeur est un chasseur solitaire, éditions Livre de poche, p. 300

Que cette année soit pour vous un carrefour où se rejoindront l'amour, l'argent, l'aventure et l'étrange...

V.W.

Anonyme a dit…

Le règlement stipule que les participants doivent préciser l'année d'édition de l'ouvrage, mais elle n'apparaît pas sur le mien. J'espère que le jury se montrera compréhensif...

Robert Darvel a dit…

- Soixante de portion, dix de pain, dix de serviette, trente de vin, ça fait vingt-deux sous !

Gustave Le Rouge : Le Mystérieux Docteur Cornélius, Jérome Martineau éditeur - tome 1 - sans date.

journaldejane a dit…

La voiture des hommes de main et la M.G. étaient passées devant le White Whip, pour tourner ensuite dans la première rue à droite, puis encore à droite, pour finalement s'enfoncer sous une arche basse menant à un garage en sous-sol, où se trouvaient rangées une douzaine de voitures.
- Je ne crains pas de me tromper en affirmant que nous nous trouvons dans les bâtiments du White Whip, fit Morane à haute voix. A quel jeu voulez-vous nous faire jouer ? A la roulette truquée, ou aux dés pipés ?
Henri Vernes, Miss Ylang-Ylang, collection "volumes", 1995, Lefrancq éditeur

Benjamin S. a dit…

"Il aurait pu lui enfoncer les cigarettes dans le vagin et craquer des allumettes sous les tétins que le petit avorton frissonnant et accro au crack allait bientôt devoir téter."

Index, Peter Sotos, traduit de l'américain par Frank Reichert, page 300, édition La Musardine.

(la page 300 n'était pas la meilleure, mais bon, les règles sont les règles...)

MEDUSA FANZINE a dit…

" - je ferai des oiseaux sans tête, demain, promet-elle.
Rue des macchabées, San-Antonio, page 13 ( la page 3 il n'y a rien, c'est la troisième page du roman, et il n'y a pas 300 pages)

Aurore la Violette a dit…

"PHILOSOPHE (EN)" La femme étant debout, les mains posées au bord du lit,sur une chaise , ou sur tout autre meuble, son galant la baise par derrière en lui pelotant soit les nichons, soit un nichon et le bouton du clitoris"

Dictionnaire des postures amoureuses, textes choisis et présentés par Jacques Cotin, éditions Picquier Poche, 2001
( pour respecter une thématique en quelque sorte...bien des pensées à vous et à votre délicieuse partenaire)

STANISLAW a dit…

"Comme l'ennemi, cependant, avait pris la statue et comme une autre circonstance était survenue, la contrecarrant, l'enveloppe n'avait pu dès lors être ôtée et le noble noyau avait dû séjourner un nombre inouï d'années dans la gangue vile."

Adalbert Stifter
L'arrière-saison (Der Nachsommer)
Gallimard, nrf
2000

Patrice a dit…

" Un cri fou jaillit de ses lèvres, rugissement de damné apercevant le ciel. "
page 300. Volcans, Pingouins et Brahmes, 51ème volume de la série des Petits Cousins de Lavarède. 1903. Auteur : Paul d'Ivoi. Jules Tallandier, éditeur.

jean-christophe a dit…

Mais il ne s'attendait pas à voir rouler du sac une tête humaine ratatinée, les lèvres retroussées sur des dents jaunes, les yeux louchant l'un vers l'autre, s'enfoncer lentement et disparaître dans le courant paresseux du fleuve.
Lawrence Durrell
Le Quatuor d'Alexandrie , p300
Ed La Pochothèque , Le livre de Poche.

Pinupmania a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Pinupmania a dit…

Tu déconnes, ma grande poulette, qu'il l'a stoppée des Pereires... Tu déconnes effroyablement !... A douze mètres t-y monteras pas avec une enveloppe comme la nôtre !... Et d'une ! Tu retomberas dans l'abreuvoir !...
Editeur : Denoël
Année : 1936

Auteur Louis-Ferdinand Céline
Mort à crédit

SuTuRaMa a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
SuTuRaMa a dit…

Geoffrey CHAUCER, Les Contes de Canterbury - Le Conte de l'Huissier d'Eglise, Ed. Bouquins, 2010

" Il se rebiffe comme fourmi sous la pisse, Alors qu'on lui fait ses quatre volontés "

Heureuse année et merci pour les lectures et les images...

Sutur

matraque a dit…

Je voudrais que ce dernier récit ait la sècheresse d'un rapport.
Jacques Yonnet
Rue des maléfices
Petite Bibliothèque Payot /Voyageurs 1995

julie a dit…

"Rien n'est plus imparfait que l'égoïsme à deux"

Lautréamont, Les chants de Maldoror. Poésies I ET II, édition Gallimard (1973)

Tom Peeping a dit…

"Des hommes, il est vrai, des hommes raisonnables, pensent que nous sommes différents d'eux et capables d'aimer sur commande des femmes défraîchies, oubliant que ce sont parfois les leurs, celles pour qui leur désir à eux est légitime, bien qu'éteint, ou leurs maîtresses."
Naissance d'une passion de Michel Braudeau, éditions du Seuil, 1985

ninjascroll a dit…

J'avais vu pas mal de trucs, sur la terre, avant de mettre les pieds sur cette satanée planète et, questions flics, j'en connais un bout pour les avoir vus au boulot.
"La planéte des Cocus" de André Héléna. Éditions Armand Fleury "Le Crépuscule" 1952

anitaa a dit…

"Marlène se laissa tomber sur le divan, toute nue, les jambes ouvertes.
"Il y a un tas de choses que nous pouvons faire ce soir ! s'exclama-t-elle.Des heures et des heures de plaisir sans réserve nous attendent.Nous pouvons faire tout ce dont nous avons envie. On a à peine commencé.Reprenons un petit quelque chose puis on se mettra à l'oeuvre, sérieusement. Ecoute, Karim, j'ai envie que tu me fourres un peu de glace dans la chatte. Est-ce que ça t'ennuierait d'aller jusqu'au frigo ?""
"Le bouddha de banlieue", Hanif Kureishi, page 300, éditions 10/18,1991

C.C. a dit…

"Mettez donc votre nez en mon cul, ainsi vous boucherez trois pertuis d'une cheville !"
Béroalde de Verville, Le Moyen de parvenir , Folio classique, p. 300.

Laura a dit…

Si vous videz subrepticement la moitié d'une bouteille de champagne, ne pissez pas dedans pour la remplir.

Pierre Louÿs,
"Manuel de civilité pour les petites filles à l'usage des maisons d'éducation", page 3.