dimanche 23 novembre 2008

Du sang dans la censure

Pour répondre au dernier post de notre ami Orlof (De l'horrible danger de la lecture), répondant lui-même à un post d'AMG (Mort à tout le monde), quelques couvertures de textes ou d'auteurs dits sulfureux, de tous bords, parce que la curiosité est le plus beau de tous les défauts. Hélas, je n'avais pas le meilleur sous la main, c'est même très gentil tout ça... Je confesse en outre la possession de biographies de Thérèse d'Avilla et de divers mystiques rhénans, de divers livres de Léon Bloy, de livres cathos et anticléricaux, pornographiques, de la France Juive de Drumont (tout comme Orlof), de quelques dingueries de Ron Hubbard, du Grand Ordinaire de Thirion, de polars de gares à lourds relents racistes, homophobes ou antisémites (voire les trois), de quelques joyeusetés de Bakounine, d'Aragon mauvaise période, de L.Cladel et de P.Claudel. J'ai lu des extraits des pamphlets céliniens en ligne, parcouru des blogs sur Soral, Nabe, Kémi Séba. Bref, je suis une pourriture chère Edvige. Et mort aux cons, aux vaches, et au champ d'honneur, et même à Eric Losfeld (si si) à qui l'idée de publier Céline était tout simplement insupportable... Quoiqu'on puisse reprocher à Jean-Jacques Pauvert, Bernard Joubert, Bouyxou et d'autres, je me ralie à leur cause quand ils défendent la liberté d'expression totale et absolue, quelque soit le bord idéologique, politique, religieux. L'ennemi ne peut s'attaquer que sur les propos qu'il tient et qu'il faut donc pouvoir entendre...

7 commentaires:

Dr Orlof a dit…

Superbe! Je suis très jaloux du Bernard Thomas! Paraz, j'ai également son "Gala des vaches". Merci pour la participation, en espérant que d'autres de tes lecteurs s'y mettent aussi...

mister M a dit…

Mort aux vaches, mort aux condés, vive les enfants de cayenne, à bas ceux de la sureté ! et vive Losfeld le prince de l'Anarchie

mister M a dit…

Je me souviens encore de ma première femme,
elle s'appelait nina une vrai putain dans l'âme!!
la reine des morues de la plaine saint denis,
elle faisait le tapin près de la rue rivoli..

REFRAIN
Mort aux vaches,
mort aux condés,
vive les enfants de cayenne,
à bas ceux de la sureté!!

Elle aguichait le client
quand mon destin de bagnard
vint frapper à sa porte
sous forme d'un richard,
et lui cracha dessus
remplis de son dédain,
lui mis la main au cul
et la traita de putain!!

REFRAIN

Moi qui était son homme
et pas une peau de vache
acquit dans ma jeunesse
les principes d'un apache,
sortis mon 6.35
et d'une balle en plein coeur,
je l'étendis raide mort
et fut serré sur l'heure!!

REFRAIN

UNE SEULE SOLUTION : LA REVOLUTION

Aussitot arrêté
fut mené à cayenne,
c'est la que j'ai purgé
les forfaits de ma peine,
jeunesse d' aujourd'hui
ne faites plus les cons
car pour une simple connerie
on vous jette en zonzon!!

REFRAIN

Si je viens à mourir
je veux que l'on m'enterre
dans un tout petit cimetière
de la porte saint martin,
400 putains à poils
viendront crier trés haut
c'est le roi des julots
que l'on mene au tombeau!!

refrain

Sur la tombe on lira
cette glorieuse phrase
écrite par des truands
d'une trés haute classe
honneur à la putain
qui m'a donné sa main
si je n'étais pas mort
je te baiserai encore!!

Pas de grâce
pas de pitié
pour toutes ces bandes de vaches
et ces bandes d'enculé!!

losfeld a dit…

Super paroles ! MilleMerciM ! Et vive Chéri-Bibine

Dr Orlof a dit…

Eh Mister M, mais c'est "les amis d'ta femme"...

R.Claude a dit…

J'en étais sûr: des titres suspects écrits par des pas fréquentables, des fortes têtes, des dissidents, des insoumis (mon dieu !), des semeurs de doutes, des empêcheur d'éditer en rond,... Ou plus simplement: des esprits libres. En cas de descente opérée par une des polices de la pensée consensuelle, diffuse et totalisante, on est tous faits ! (Même à Calvingrad où on ne pratique guère plus que l'agitation radicale en chambre ;)

mister M a dit…

il y a aussi parabelum, j'ai mit les deux versions sur mon blog, je vois que Dr Orlof est un grand connaisseur